Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

La formation au codev, une expérience humaine inoubliable …

Interview de Delphine Pourtier, Responsable Relations Humaines UKAD EcoTitanium, groupe ERAMETDelphine Pourtier

Quelles étaient tes motivations lors de ton inscription à la formation “Devenez facilitateur.trice en codéveloppement professionnel avec la Codéveloppement Academy”?

C’est parti d’un témoignage d’une DRH de ma région qui disait des merveilles à propos du codéveloppement, notamment au niveau de son Comité de Direction et de l’esprit d’équipe et de solidarité que le codev avait permis d’instaurer au sein de ce groupe.

J’ai décidé de me former pour en faire bénéficier mon organisation, peut-être pour mon Codir, ou bien pour d’autres entités. J’exerce sur des sites industriels récents avec des équipes jeunes et stimulés par l’innovation. Notre contexte me paraissait intéressant pour expérimenter ce genre de méthode. Pour moi, la fonction RH signifie de plus en plus être des facilitateurs au service de l’intelligence collective.

Peux-tu nous donner un exemple concret de la façon dont tu l’utilises ?

La première fois, cela reste atypique et inoubliable pour moi et le groupe, je l’ai utilisé pour organiser le séminaire d’entreprise de 90 personnes. La Directrice d’usine souhaitait vraiment impliquer les jeunes pour qu’ils prennent le leadership sur leur séminaire. J’avais très peu de temps, juste 4 semaines. J’ai décidé d’utiliser le codéveloppement comme outil d’intelligence collective en animant un groupe de 7 salariés. J’ai été bluffée par les résultats : en 3h nous avions toute la trame du séminaire 2020. Je n’oublierai jamais cela car il y avait un peu d’appréhension de ma part, c’est un cadre un peu particulier d’utilisation du codéveloppement et les participants de tous horizons (techniciens, ouvriers, ingénieurs…) ne connaissaient pas la méthode. Cela a été formidable, parce que, comme à chaque séance de codev, nous avons été surpris d’avoir pu produire ensemble un résultat si impressionnant.

Avec cette méthodologie d’intelligence collective, il y a vraiment un enjeu de performance. Si j’avais utilisé d’autres méthodes plus classiques, il nous aurait fallu 3 séances de 3h pour arriver à générer quelque chose qui n’aurait pas été aussi abouti et brillant !

Nous utilisons aussi le codéveloppement au sein de notre communauté RH. Et je sens l’effet « esprit d’équipe » ; « outil qui fédère », nous sommes beaucoup plus proches entre collègues RH et engagés dans le collectif.

Au-delà de cet enjeu de performance, quels sont les autres bénéfices du codev selon toi ?

Pour 2021 et dans notre plan de formation, nous prévoyons de mettre en place des séances de codéveloppement sur des périodes d’activité partielle pour contribuer au développement des savoir-être et au développement du collectif. On a besoin de retrouver des temps ensemble dans cette période si particulière de télétravail, de chômage partiel où l’on se voit moins. Le codev permet de nous souder. Les séances apportent un véritable bien être. Ce sont des moments qui font du bien aux personnes et à l’organisation dans son fonctionnement, surtout dans ce contexte incertain.

Poursuivre ce type d’actions rassure. En lançant des sessions de codéveloppement dans l’organisation, je suis sûre qu’on y gagnera en intelligence collective, dans la gestion de nos sujets actuels. Avec la crise, nous devons apprendre à travailler différemment. Accompagner les équipes dans leur montée en compétences sur des méthode d’intelligence collective peut nous aider à prendre un nouveau virage et préparer l’avenir.

Quels sont les points forts de la formation ?

  • La durée de 7 jours : on a vraiment le temps de comprendre la méthode et les outils, de les mettre en pratique à plusieurs reprises. Sept jours, ça peut paraître beaucoup, mais si on veut se sentir outillée, il faut vraiment ce temps-là.
  • J’en garde une expérience humaine inoubliable. Au sein du groupe de petite taille, on a créé un lien fort entre les personnes. On est très vite rentré dans des sujets profonds et authentiques. On se forme par l’expérience : on vit comme un groupe de codev et étant complétement plongé dans l’outil, on vit à 300% la puissance du codev.
  • Les inter sessions : avoir une échéance pour devoir pratiquer puis se revoir pour partager, ça met un coup de boost.

C’est une formation qui est dans mon top 3 des formations RH en 15 ans de métier !

Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur facebook

Les autres actualités id&d